Mode

De mode et de violence

Elle Québec
Mode

De mode et de violence

Il y a quelques semaines, j’ai eu le bonheur d’interviewer le créateur Pierre Hardy à New York, à l’occasion du lancement d’une collection de maquillage en édition limitée qu’il venait de signer pour Nars. Mais avant de faire une incursion dans les cosmétiques, Pierre Hardy a surtout été un as de la chaussure: il a dessiné des centaines de modèles pour Balenciaga, Dior, sa propre ligne ou même GAP (quelques collections capsules qui se sont vendues comme de petits pains chauds). J’aime beaucoup ceux de ses modèles qui jouent avec les lignes, les cercles, les motifs, comme s’il s’agissait d’une leçon de géométrie abstraite. Mais au-delà des produits, ce que j’ai trouvé fascinant, c’est le rapport que cet ancien danseur établit entre danse et chaussures. «On apprend à aimer, en dansant, certaines images du corps, certaines limites, m’a-t-il dit. Cette esthétique nous reste, elle forge quelque chose. (…) Ça influence d’une certaine manière ma construction de la chaussure. Par exemple, le fait d’aimer une jambe en extension sur une pointe fait que je me demande comment traduire cette image à l’aide d’une chaussure. Il y a plein de façons d’y arriver, dont le talon aiguille par exemple.» Il a aussi souligné que son esthétique à lui, ses goûts, ses canons de beauté, tout cela a été forgé par sa culture, ses origines, sa pratique de la danse. «Les créateurs japonais, par exemple, n’ont pas cette culture occidentale du ballet classique, de l’opéra, de la danse contemporaine. Ils ont cette danse tordue, cassée, post-Hiroshima, basée sur la brûlure, la torsion… À un certain moment, ça a donné à leur mode une esthétique extrêmement violente, qu’on retrouve dans les premiers défilés de Yohji Yamamoto ou de Comme des Garçons. » Il est bien vrai que la mode, plus que tout art appliqué, se nourrit de son temps, parce qu’elle est intimement liée à notre culture, notre histoire, notre économie et nos crises, notre passé et notre avenir. Du coup, j’ai bien hâte de voir de quoi les prochaines saisons seront faites…   Un portrait de Pierre Hardy sera publié dans l’édition de mai 2013, en kiosques le 19 avril.
Commentaires
Partage X
Mode

De mode et de violence