bELLE

Épilation : Des produits au poil et verts!

par

photo 2 1024x1024 Épilation : Des produits au poil et verts!

Dans le domaine de l’épilation, il existe de nombreux produits toxiques, des dépilatoires chimiques aux mousses à raser. Fort heureusement, d’autres sont plus doux pour notre peau et pour l’environnement.

 

Préparer sa peau

Chaque jour, je pratique un gommage sous la douche. Ce geste quotidien permet d’enlever les peaux mortes et de prévenir les poils incarnés. Méfiez-vous de certains exfoliants populaires. Certains d’entre eux contiennent des microbilles de plastique, des granules qui échappent aux filtres des systèmes d’épuration des eaux usées et qui finissent par se retrouver dans nos océans. Pour éviter cette pollution, pourquoi ne pas concocter votre propre gommage maison? Voici ma petite recette:

Mélanger:

-       50 ml d’huile d’olive

-       1/2 tasse de sucre équitable

Puis, incorporer :

-       100 ml de savon de castille (Dr. Bronner’s)

-       Quelques gouttes de vos huiles essentielles préférées (facultatif)

 

Remarque. Ne pas trop malaxer pour éviter de faire fondre le sucre.

photo 1024x1024 Épilation : Des produits au poil et verts!

 

Bien choisir sa crème à raser

Avez-vous déjà jeté un œil à la liste d’ingrédients de votre mousse à raser? Celle que j’utilisais autrefois était « recommandée par les dermatologues ». Mais il se trouve qu’elle contient une foule de produits chimiques dont des parabènes, un agent de conservation qui aurait pour effet de perturber les fonctions hormonales. Disons que cette découverte m’a fait hérisser les poils! J’utilise maintenant la crème à raser Moisture Shave au beurre de karité et lavande de Kiss My Face. Elle mousse de manière à effectuer un rasage précis et elle hydrate bien la peau. C’est surement grâce à l’aloès et aux huiles émollientes de coco et d’olive qu’elle contient. Et son flacon pompe, contrairement aux bombes aérosol, est recyclable.

Prix : 8,99 $ les 326 ml

 

Bien choisir sa cire à épiler

Je crois avoir testé toutes les cires vendues en pharmacie, ou presque. Soit elles se décollent difficilement de la peau (ou de tout ce qu’elles touchent), soit elles ne parviennent pas à arracher uniformément les poils. Mais, il existe une exception : la cire froide Persian. Soluble à l’eau, elle se nettoie comme un charme et ses bandelettes sont réutilisables. Dans l’esprit des cires orientales, elle se compose de trois ingrédients simples : sucre, eau et acide citrique. Tellement naturelle qu’elle est comestible!

Prix : 13,99 $ les 400 g.

photo 3 Épilation : Des produits au poil et verts!

 

Recycler ses rasoirs

Dans mon billet paru sur le site de la Fondation David Suzuki, je vous ai parlé des tonnes de déchets générés par les rasoirs jetables. J’ai récemment fait la découverte d’un rasoir fait de plastique recyclé (dont 65 % proviennent de pots de yaourt), et entièrement recyclable, contrairement à ceux des marques populaires. Bien que les rasoirs Preserve soient faits de plastique, on ne les jette pas pour autant après de quelques utilisations, car leurs lames triples sont remplaçables.

Prix : 10,49 $ incluant une cartouche de remplacement.

 

Pour son homme : opter pour une crème à raser écolo

Le rasage est pour la majorité des hommes un rituel quotidien. Et, fort heureusement, il existe des solutions de rechange aux mousses à raser chimiquement parfumées. La Crème à raser Weleda ne contient aucun ingrédient synthétique ni huile minérale. Votre Jules aura la peau douce comme des fesses de bébé avec ce savon aux extraits de lait de chèvre, d’amande et de pensée sauvage.

Prix : 17,50 $ les 75 ml

À lire sur le même sujet :

Elle aime aussi

avatar

À propos de Patricia Lachance

À 10 ans, j’étais rédactrice en chef d’un magazine sur l’écologie (distribué en exclusivité sur ma rue, au prix imbattable de 50 cents). À 12 ans, j’animais des ateliers de sensibilisation à la pollution dans mon école. Deux décennies (et des poussières) plus tard, je livre mon corps à la science en testant une myriade de produits plus respectueux pour notre planète. Vous pouvez me lire sur le blogue de la Fondation David Suzuki, mais aussi dans les pages culturelles d’ELLE Québec. Car même si j’ai la conscience verte, je ne me nourris pas exclusivement d’épeautre et de luzerne. Je carbure aussi au cinéma, à la musique et à la littérature. De la musique noise à l’opéra, du film d’art expérimental en 8 mm aux superproductions hollywoodiennes : je goûte à tout, mais il m’arrive parfois d’avoir des crises d’allergies!