Soins

Karina Goma: l'intello et la pro de la cosméto

Auteur : Elle Québec

Soins

Karina Goma: l'intello et la pro de la cosméto

Karina Goma est à la fois chroniqueuse beauté et documentariste. Deux carrières qui ne se boudent pas, mais qui curieusement se complètent! Entrevue.

D'où vous vient cette passion pour les produits de beauté?
Depuis l'enfance, j'éprouve un immense plaisir associé aux produits de beauté. À 12 ans, j'ai demandé au père Noël de la crème contour des yeux de Clarins! Et Dieu sait que le contour des yeux se trouve au dernier rang des préoccupations d'une fillette! Je me suis acheté des rouges à lèvres Yves Saint Laurent quand je ne me maquillais même pas encore. Je trouvais ces objets tellement beaux et j'aimais leur parfum. L'origine de cette passion reste un mystère, parce que ma mère s'est toujours lavé le visage avec une barre de savon!

Comment êtes-vous devenue chroniqueuse beauté?
Depuis que je sais lire, je consomme compulsivement des magazines féminins. Il y a plusieurs années, j'ai constaté que cette activité occupait une trop grande place dans ma vie, au propre comme au figuré: ma chambre en était envahie! Soit j'arrêtais complètement – ce que j'avais déjà tenté de faire sans trop de succès –, soit j'essayais d'en faire quelque chose. Alors j'ai proposé une chronique à Marie-France Bazzo, à son émission Indicatif présent à la radio de Radio-Canada.

Malgré cette passion, vous avez fait des études en science politique. Pourquoi?
J'ai toujours aimé la politique et l'histoire. Après mon cégep, j'avais participé à la Course destination monde. À mon retour, ce choix me paraissait évident. Durant mes périples autour du monde, j'ai vu beaucoup de choses sans nécessairement les comprendre. J'avais besoin d'une culture générale pour pouvoir asseoir tout ça.

Vous réalisez aussi des documentaires. Comment vivez-vous avec ces deux aspects de votre personnalité?
Pendant un moment, j'assumais plus ou moins bien cette cohabitation parce que ce sont deux domaines diamétralement opposés dans la tête des gens. De plus, j'ai constaté qu'il y avait beaucoup de préjugés associés au milieu de la cosmétique. Quand les gens du monde du documentaire apprenaient que j'étais également chroniqueuse beauté, ils étaient un peu interloqués et vice-versa. Depuis quelques années, j'ai fait la paix. Je me trouve très privilégiée de mener de front ces deux activités. Elles se complètent formidablement bien! Quand je suis plongée dans un documentaire, j'ai besoin de la légèreté que m'apporte le monde de la beauté. D'un autre côté, je ne pourrais pas faire uniquement de la «beauté»... Le côté intellectuel et social du documentaire m'est nécessaire.Que cherchez-vous dans un produit de beauté?
Je recherche un produit qui ne soit pas trop onéreux et qui m'apporte du plaisir, entre autres par l'odeur et la texture. J'aime aussi beaucoup les produits à usages multiples. C'est le cas de la Crème de 8 heures d'Elizabeth Arden. Elle se révèle un baume très riche, fait un brillant à lèvres formidable, hydrate bien les mains, les pieds, les coudes, les cuticules et fixe les sourcils. Quand je pars en voyage, je l'apporte toujours avec moi et je me sens en sécurité. Comme j'ai la grande chance de recevoir plusieurs produits, le test ultime pour moi c'est lorsque je m'en rachète un.

D'autres coups de coeur?
Le Touche Éclat d'Yves Saint Laurent, un grand classique «indétrônable»! Ce produit, qui a la forme d'un stylo doré, sert à la fois de cache-cerne et d'illuminateur de teint. De plus, il camoufle les imperfections et sert de base au maquillage. Je l'ai toujours avec moi! Je l'ai fait découvrir à mes amies et à ma mère. Aussi, le Blot Powder de M-A-C, une poudre «matifiante». Été comme hiver, il empêche la peau de briller et fixe le maquillage. Pour moi, c'est un essentiel! Enfin, leSpectro Jel pour nettoyer la peau: j'y reviens toujours. Il est à moins de 10$, très efficace surtout aux changements de saison et il est recommandé par tous les dermatologues que j'ai rencontrés!

Quel est votre genre de maquillage?
Toujours assez naturel. Ça me fait rire... parce que plusieurs gars me disent qu'ils n'aiment pas les filles maquillées. Mais ils ne remarquent pas que nous portons régulièrement du maquillage même quand celui-ci est discret. Alors, je leur explique que ce n'est pas avec cette tête-là que nous nous levons le matin!

Karina Goma a réalisé Todo Incluido, un documentaire sur la vie dans un hôtel touristique tout compris en République dominicaine et elle a coréalisé avec Stéphane Thibeault Les Justes, un film qui porte sur les passionnés de procès.


Pour lire les articles de Karina Goma, consultez les magazines ELLE QUÉBEC.
Commentaires
Partage X
Soins

Karina Goma: l'intello et la pro de la cosméto