Soins

Découvrir les fragrances de A à Z

Auteur : Elle Québec

Soins

Découvrir les fragrances de A à Z

À DÉCOUVRIR:
Nos parfums chouchous de l'été 2014
Quiz: quel type de parfum vous convient?
10 choses à savoir sur Caudalie

Galerie photos

prev next 1 de 26

Découvrir les fragrances de A à Z

AUTOMOBILE

C’est à la compagnie américaine Car-Freshner Corporation qu’on doit la commercialisation du fameux sapin désodorisant qu’on suspend au rétroviseur des voitures. Depuis 1952, cette entreprise a élaboré une cinquantaine d’arômes dont un des plus connus reste le Royal Pine original. Les propriétaires d’une vieille minoune préféreront peut-être se rabattre sur le parfum New Car Scent... à défaut de pouvoir changer d’auto!

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Découvrir les fragrances de A à Z

BIO

Les parfums bios, plus complexes et plus tenaces que leurs pendants synthétiques, sont conçus à partir d’une palette d’ingrédients comptant environ 300 matières premières naturelles. Celles-ci sont distillées à la vapeur, puis transformées à l’aide de levures avant d’être mises en bouteilles. Les spécialistes de la technique? Les créateurs de la chic maison parisienne Honoré des Prés.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

CHANSON

Certaines compositions en inspirent d’autres... Ainsi, l’Eau du Sud, d’Annick Goutal, est un clin d’oeil à la pièce Le Sud, de Nino Ferrer, et Liu, de Guerlain, rend hommage à l’opéra Turandot, de Puccini. Vous vous demandez si les notes de votre fragrance favorite ont un équivalent dans la gamme musicale? La réponse est oui. Selon de nombreux chimistes, le patchouli correspondrait au do, la civette, au fa, tandis que l’oeillet et le thym seraient dissonants.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

DESIGNER

C’est au couturier français Paul Poiret qu’on doit les tout premiers parfums de créateur. Ses eaux, baptisées Parfums de Rosine et Le Minaret, respectivement commercialisées en 1911 et en 1912, ont marqué les débuts d’une tendance consolidée en 1919 par le Parisien Maurice Babani, puis en 1921 par Mademoiselle Chanel. Au Québec, il a fallu attendre 1973 et Michel Robichaud pour pouvoir s’imprégner du très poétique Brunante, auquel ont succédé, quelques décennies plus tard, le duo de fragrances B et C, de Marie Saint Pierre, et Harricana, de Mariouche Gagné.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

EAU DE COLOGNE

L’eau de Cologne originale a été brevetée en Allemagne au début du 18e siècle par un jeune parfumeur italien du nom de Jean Marie Farina, qui la prescrivait pour les lavements. Ce produit a bien changé d’usage, mais sa formule, elle, est restée la même. Les plus anciennes eaux de Cologne sont la n° 4711 (qui tient son nom du numéro civique de la fabrique colonaise où elle est née), de Muelhens, l’eau de Cologne Jean Marie Farina, de Roger & Gallet (favorite de Napoléon, qui en consommait 40 litres par mois), et l’eau de Cologne impériale, de Guerlain.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

FLEURS

Il est à ce jour impossible d’extraire les parfums du chèvrefeuille, du lilas, du muguet, de la glycine, du lis et de la violette. Mais comme il aurait été triste de nous en priver, on a mis au point des ingrédients de synthèse imitant à la perfection ces odeurs florales. Qui aurait pu deviner que les effluves de muguet de Diorissimo, de Dior, étaient un pur produit des labos?

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

GUERLAIN

On aurait cru que Jean-Paul Guerlain prendrait la relève de la maison de parfumerie que son bisaïeul, Pierre-François, avait fondée. Or, dans la cinquième génération, seule sa nièce, Patricia de Nicolaï, a embrassé la profession, aux côtés de son mari. Elle donne dans la haute parfumerie, élabore ses créations à partir des matières premières les plus nobles, faisant fi des tendances du marché et ne fixant pas de limite en matière de prix. Cette philosophie audacieuse a donné naissance, entre autres, à la fragrance Number One Intense, qui a valu à Patricia le Prix international du meilleur parfumeur en 1989.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

HYPOCALORIQUE

Dans les années 1990, la tendance mode du minimalisme a aussi eu des répercussions en parfumerie, où on a assisté à la création de fragrances sans effluves capiteux ni notes sucrées, dont Ck One, de Calvin Klein, reste l’exemple parfait. Cette eau de toilette d’une fraîcheur inédite, commercialisée en 1994 avec un budget publicitaire colossal, a lancé la vague des fragrances androgynes et marqué les esprits grâce à une branchissime publicité en noir et blanc, portée par une Kate Moss sur le point d’entrer dans la légende.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

INGRÉDIENTS SYNTHÉTIQUES

Le parfum des matières premières naturelles, c’est bien, mais celui des molécules artificielles, c’est parfois mieux. Voilà du moins ce que croit le parfumeur Jacques Cavallier-Belletrud, qui estime que Dame Nature n’aurait pu égaler la splendeur des notes synthétiques qui donnent à Angel, de Thierry Mugler, son côté praliné, et à CK One, de Calvin Klein, son obsédante odeur de thé. De fait, que serait l’Eau sauvage, de Dior, sans l’hédione? L’Air du temps, de Nina Ricci, sans le salicylate de benzyle, et Amarige, de Givenchy, sans bois de Cachemire? Autant dire qu’en parfumerie chimie rime souvent avec magie!

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

JO MALONE

Elle est dyslexique, n’arrive pas à lire l’heure sur une horloge, mais ça ne l’a pas empêchée de séduire la planète avec ses mille et une (bonnes) idées. Les diffuseurs de fragrances dans les boutiques, c’est elle, les essuie-mains parfumés dans les restaurants McDonald’s, encore elle. Depuis le lancement de sa marque, Jo Malone London, en 1994, cette blonde Anglaise a réinventé le rituel de la parfumerie en créant notamment les Living Cologne, des eaux de Cologne d’une élégance inouïe, à vaporiser sur le décolleté ou dans une pièce, seules ou en combinaison avec d’autres fragrances.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Découvrir les fragrances de A à Z

KYARA

Un encens aussi précieux que l’or? Oui, oui! Son nom: le kyara. Cette résine originaire de l’Asie du Sud-Est est produite par des arbres malades, infectés par des champignons. On la retrouve aujourd’hui à fortes doses dans la fragrance masculine M7, d’Yves Saint Laurent.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

LAFLEUR

Bien avant que Garou et Céline n’apposent leur nom sur un flacon, Guy Lafleur marquait des points dans l’allée des cosmétiques avec No 10, une fragrance aussi flamboyante que le hockeyeur qui a fait passer ce numéro à l’histoire. Parmi les personnalités québécoises qui ont mis leur essence en bouteilles, on trouve aussi Kim Rusk (KR Ilicious), Mahée Paiement (Mahée, le parfum) et Véronique Cloutier (Eaux magistrales, de Jouviance). Cela dit, la star des stars au rayon de la parfumerie n’est pas une artiste, mais la femme d’affaires Lise Watier, dont l’eau de toilette Neiges figure en première place au palmarès des ventes de fragrances féminines au Québec.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

MUSC

Le musc, le vrai, est tiré du daim musqué, une espèce en voie de disparition protégée depuis 1979 par l’interdiction d’utiliser des muscs naturels dans la fabrication des parfums. Les premiers muscs synthétiques qui l’ont remplacé ne sont pas parvenus à étouffer la controverse entourant cette substance. En 1990, certains d’entre eux ont à leur tour été proscrits en raison de leur toxicité. Mais que les adeptes de For her, de Narciso Rodriguez, et d’autres compositions musquées se rassurent: les molécules artificielles utilisées aujourd’hui en parfumerie sont parfaitement inoffensives.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

No 5

C’est aux confins du cercle polaire, sous le soleil de minuit, qu’Ernest Beaux, le parfumeur commissionné par Mademoiselle Chanel pour créer une fragrance qu’elle pourrait offrir en cadeau à ses clientes, a imaginé la composition du No 5 en 1921. Comme le premier échantillon, Rallet No 1, n’était pas assez précieux au goût de la couturière, qui réclamait un parfum impossible à copier, M. Beaux en a modifié la formule avec trois aldéhydes hautement concentrés. De toutes les variantes proposées, c’est la cinquième qu’a retenue Coco, donnant ainsi naissance au No 5 qui allait ennoblir la famille olfactive des aldéhydes, jusqu’alors jugée vulgaire. Snobisme des années folles, le No 5 a inspiré plus d’un parfum, notamment Le numéro cinq, de Molyneux, Le Double Cinq, d’Alice Choquet, et Cinque, triple cinque, d’Henri Bendel. Seul l’original est passé à l’histoire.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

OPIUM

Il flotte dans son sillage un subtil parfum de scandale. Il ne faut pas oublier qu’à son lancement, en 1977, Opium a provoqué une véritable onde de choc, notamment à cause de son nom subversif. À l’époque, le jus était si suspect que les autorités américaines ont enquêté pour s’assurer qu’il n’incitait pas à la consommation de drogue, tandis que l’Arabie saoudite et la Chine en ont prohibé la vente. Et pendant que les esprits bien pensants s’agitaient, la maison Saint Laurent, elle, frôlait la rupture de stock, et les camions chargés du ravitaillement étaient volés. Ironie du sort, cette fragrance dédiée à l’impératrice de Chine est, encore aujourd’hui, interdite dans ce pays.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

PEOPLE

Malgré leurs énormes budgets promotionnels et leurs campagnes publicitaires léchées, ni Glow, de J.Lo, ni L, de Gwen Stefani, ni Heat Rush, de Beyoncé, ne sont parvenus à détrôner White Diamonds, d’Elisabeth Taylor, qui, avec des recettes de 55 millions de dollars en 2011, demeure l’étoile la plus brillante au firmament des parfums people.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

QUALIA

Ce terme désigne «l’expérience sensible», ce qu’on ressent lorsqu’on respire une odeur particulière, par exemple. Inspiré par cette idée, Edmond Roudnitska, le concepteur de Diorella et d’Eau sauvage, de Dior, aurait conçu une machine qui distingue les odeurs aussi finement que le nez humain. Une bien jolie idée futuriste.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

ROSE

Le gène qui donne à la rose le parfum qu’on lui connaît provient d’un spécimen chinois introduit en Europe il y a des millénaires. Depuis, la «reine des fleurs» règne sur le monde de la parfumerie, prêtant sa grâce au mythique Joy, de Jean Patou, à Trésor, de Lancôme, comme à la fragrance éponyme de Marni. Mais malgré sa grande popularité, la rose préserve une part de mystère, et personne n’a encore réussi à reproduire toute la richesse de son parfum naturel, dont on connaît pourtant les moindres composantes aromatiques...

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

SCENT STRIP

Outre le bon vieux Scotch tape et le Post-it, on doit à la société 3M l’invention de la Scent strip, une bande de papier adhésive permettant la micro-encapsulation d’arômes. D’abord utilisée pour promouvoir les alcools, puis récupérée en 1981 par les publicitaires de Giorgio, de Beverly Hills, cette technologie allait transformer à jamais les pubs de parfums imprimées... et les magazines!

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Découvrir les fragrances de A à Z

TÊTE

Un parfum est composé de différents arômes, qui constituent sa pyramide olfactive. Au sommet de cette pyramide trônent les notes de tête. Ce sont celles qu’on sent dès la première bouffée et qui nous permettent d’avoir une idée globale de la fragrance. Elles s’estompent graduellement, dans un délai d’environ deux heures, puis ouvrent la voie aux notes de coeur, qui constituent la personnalité du parfum, et aux notes de fond, qui donnent de la profondeur aux autres odeurs et imprègnent les vêtements durant des jours, des semaines, voire des mois.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Découvrir les fragrances de A à Z

U.S.A.

Avec des produits comme l’eau de toilette Colgate et l’eau de Cologne Florida water, les États-Unis ont connu des débuts assez peu glorieux en parfumerie. Heureusement, Estée Lauder et son Youth-dew, mis en marché en 1953, ont tout changé. Parmi les grands noms qui ont ouvert la voie à l’industrie de la parfumerie, on compte aussi Revlon, qui est arrivé dans les pharmacies en 1973 avec Charlie, une fragrance au nom androgyne et à tout petit prix qui allait jeter les bases d’un style américain à la fois simple et accessible.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

VIP

Bien avant que les parfums de stars connaissent leurs instants de gloire, la maison britannique Creed, fondée en 1760, élaborait des jus pour le gotha. C’est ainsi que les fragrances Royal English Leather (conçue pour parfumer les gants du roi Georges III), Fleurs de Bulgarie (créée pour la reine Victoria) et Fleurissimo (offerte par le prince Rainier à sa future épouse, Grace Kelly) ont vu le jour. D’où le slogan de Creed «Be a part of history» [Entrez dans l’histoire], rappelant que ces parfums offerts au commun des mortels ont d’abord été créés pour d’illustres personnages.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

WEB

Osmoz Share your fragrances, c’est la bible de la parfumerie sur Internet. Ce site Web recense plus de 5000 fragrances – récentes et anciennes – émanant des quatre coins du globe. Mis en ligne en 2001 par Firmenich (un des chefs de file mondiaux de la création de parfums et d’arômes), il sert non seulement de vitrine aux jus, mais permet aussi d’informer les consommateurs sur les dessous du monde de la fragrance.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Découvrir les fragrances de A à Z

X

Qui est le designer à l’origine de la Maison Martin Margiela? La question demeure, puisque Monsieur X revendique toujours l’anonymat. Ses créations, qu’elles soient textiles ou olfactives, retiennent dès lors toute notre attention. Le nom et le flacon et de son premier parfum, Untitled, entretiennent d’ailleurs le mystère. Quant à sa collection des Replica, chacune des fragrances reproduit l’odeur d’un lieu choisi, à un moment précis.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

YSATIS

Bien qu’il soit classé dans la famille des parfums chyprés, cet incontournable de la maison Givenchy est aussi présenté comme le premier «floriental». L’idée derrière sa création était d’en faire l’équivalent parfumé d’une robe du soir griffée. Mais bien avant l’arrivée de ce jus lancé en 1984, le couturier français Hubert de Givenchy avait mis en bouteilles un cocktail de rose, de jasmin et d’iris pour remercier Audrey Hepburn d’avoir porté ses tenues dans les films Sabrina et Breakfast at Tiffany’s. Quand il a ensuite voulu vendre ledit jus à grande échelle, l’actrice s’est exclamée: «Mais je vous l’interdis!» Peu de temps après, en 1957, un classique de la parfumerie voyait le jour... sous le nom de L’Interdit.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: -

Découvrir les fragrances de A à Z

ZZZZ

Les odeurs ne font pas qu’évoquer des souvenirs: elles troublent aussi les sens. En effet, une étude neuropsychiatrique menée aux États-Unis par la Smell and Taste Treatment and Research Foundation a démontré que les notes d’agrumes rajeunissent les femmes... selon les narines masculines du groupe témoin. Et parce que les odeurs stimulent différents neurotransmetteurs, certaines contribuent à vivifier l’esprit, alors que d’autres l’apaisent, comme l’essence de lavande, qui délasse et facilite l’endormissement.

Par : Micheline Lortie et Angélique Martel Source: ELLE Québec, mai 2014 Crédits: Getty Images

Commentaires
Partage X
Soins

Découvrir les fragrances de A à Z