Soins

5 types de boutons et comment les traiter

5 types de boutons et comment les traiter


 
Photographe : Stocksy

Soins

5 types de boutons et comment les traiter

Ils pointent le bout de leur nez de façon presque toujours inopinée, venant Instantanément mettre à mal la mise en beauté (et faire chuter illico le niveau de confiance en soi). On vous montre du doigt les gestes à poser pour mieux éviter, camoufler et soigner les boutons autres que ceux d’acné.

1. LE BOUTON SOUTERRAIN


Profil: Il s’agit d’une petite boule rouge et douloureuse. 

Localisation: Généralement dans la portion inférieure du visage et sur le haut du cou.


Causes: Un dérèglement hormonal, et parfois aussi un abus de charcuterie ou de junk food.


Traitement(s): «De tous les types de boutons, c’est celui qu’il ne faut jamais percer ni tripoter, au risque de se torturer pour rien et de marquer l’épiderme à long terme», explique Claire Martichoux, fondatrice des instituts de beauté français Les Petits Soins. On se contente d’accélérer son émergence puis son assèchement par différents moyens (ex.: de l’huile essentielle d’arbre à thé, un soin à base d’acide salicylique, une noisette d’argile ou un masque au charbon qu’on applique au coucher, deux ou trois nuits d’affilée). 

 

2. LE BOUTON EN VOLUME

Profil: On l’appelle aussi «grain de milium», car il est composé d’un petit amas sous-cutané de cellules mortes indolores, sans pus ni rougeur. 

Localisation: Il n’a pas de point de chute précis mais émerge fréquemment en grappe.


Causes: Il est la plupart du temps le fruit d’un abus de soleil ou d’un cosmétique inadapté, voire mal démaquillé. 

Traitement(s): Un bon gommage mécanique, enzymatique ou salicylique est salvateur. Cela dit, si le bouton en volume refuse de sortir, on n’insiste pas (ça pourrait irriter la peau). On prend alors plutôt rendez-vous chez un pro, pour un nettoyage de la peau en profondeur avec extraction. 

 

3. LE BOUTON BLANC OU NOIR

Profil: Il est plutôt volumineux, avec une tête bien visible. Si cette dernière est blanche, c’est que le comédon est fermé (c’est ce qu’on appelle un bouton), et si elle est plutôt noire, c’est que le comédon est ouvert (il s’agit là du fameux point noir).


Localisation: Ces vilains prennent surtout d’assaut la zone T (front, nez, menton), s’éparpillant parfois aussi ailleurs sur le bas du visage et même sur les tempes. 

Causes: Une surproduction séborrhéique jumelée à des pores de peau dilatés, un mauvais démaquillage, l’usage de cosmétiques périmés ou de piètre qualité, une exposition prolongée aux rayons uV, voire parfois une fringale triple C (chips, chocolat, charcuterie). 

Traitement(s): Une désobstruction en règle des pores s’impose. et que ça saute! Matin et soir, il est alors recommandé d’opter pour une lotion astringente, et tous les deux jours, pour un gommage aux acides de fruits. 

 

4. LE BOUTON DE ROSACÉE


Profil: C’est une papule, c’est-à-dire un bouton à tête rouge (pour info: les têtes blanches sont plutôt appelées pustules). «Cinq à dix pour cent des gens sont touchés par des poussées de rosacée, dont les manifestations peuvent durer des semaines voire des mois», précise la dermatologue française Nina Roos.


Localisation: Le plus souvent, ce sont les joues et le nez qui en font les frais.

Causes: La rosacée est une infection chronique dont l’origine n’est pas encore bien déterminée. Reste que le stress, les changements hormonaux, la contraception (anovulant, stérilet) ainsi que l’abus de cosmétiques ne font souvent qu’envenimer le problème. 

Traitement(s): On commence par des soins ciblés antirosacée, puis on consulte un dermatologue qui va prescrire des médicaments le cas échéant, ou encore des séances de laser vasculaire, efficace pour traiter les varicosités. 

 

5. LE BOUTON DE FIÈVRE


Profil: Il s’agit d’un loup solitaire qui picote le jour précédant sa sortie, puis devient rouge, gonflé et s’accompagne parfois de petites cloques (vésicules). On l’appelle aussi herpès labial ou feu sauvage.


Localisation: Autour de la bouche et à l’intérieur du nez.


Causes: La fatigue, le stress ou le soleil peuvent en expliquer l’émergence. Malheureusement, une fois déclaré, le bouton de fièvre est un virus chronique et contagieux. Quand on en souffre, on se retient donc de couvrir notre entourage de baisers.


Traitement(s): Si on est attentive, on peut combattre l’ennemi quand il picote et n’est pas encore visible. «Comme il n’y a pas de lésion ni de fissure de la peau, à ce stade-là, l’huile essentielle de niaouli, si elle est bien tolérée, peut être une solution efficace», explique la dermatologue Nina Roos. On l’applique sur la zone à traiter avec un coton-tige, au moins quatre fois par jour durant trois jours. Si les vésicules sont déjà sorties, on consulte un médecin ou on attend une semaine, le temps que tout disparaisse progressivement. 

Commentaires

Partage X
Soins

5 types de boutons et comment les traiter